Existe-il encore des tribus dans le monde ?

Les tribus non contactées : Que savons-nous des 100 communautés cachées du monde ?

Dans notre monde hyperconnecté, il peut sembler étrange de réaliser que des milliers de personnes vivent encore dans des tribus dites non contactées, totalement coupées de la civilisation moderne.

Tribu en Amazonie

Le 1er juillet 2014, sept membres d’une tribu amazonienne sont sortis de la jungle et ont établi leur premier contact avec le reste du monde – par une nécessité extrême et tragique. Malgré 600 ans d’histoire luso-brésilienne, cette tribu n’est sortie que pour interagir avec ses nouveaux voisins maintenant, et nous découvrons chaque jour davantage de choses sur les tribus non contactées du monde entier – ce qui n’est pas nécessairement une bonne chose.

Peuples non contactés

Selon Survival International, il existe encore une centaine de peuples dits non contactés. Les estimations du nombre de ces peuples peuvent varier considérablement. Par exemple, le Brésil affirme que 77 peuples non contactés vivent dans la forêt amazonienne, tandis que National Geographic affirme qu’il y en a 84. Lorsque les estimations des peuples non contactés sont regroupées et comparées, une centaine de tribus dans le monde est une réponse raisonnable, bien que le nombre réel soit probablement plus élevé. Les sources de ces chiffres comprennent les observations faites par des avions survolant les régions isolées et les récits des peuples contactés vivant à proximité.

Femme d'une tribu

En effet, il est probable que même la tribu la plus isolée du monde a eu des contacts avec des étrangers d’une manière ou d’une autre, que ce soit en face à face ou par l’exposition à des artefacts modernes tels que les avions qui passent au-dessus de nos têtes et le commerce intertribal. Cependant, ils ne sont pas intégrés à la civilisation mondiale, conservent leurs propres cultures et coutumes, et peuvent avoir peu d’intérêt pour la communication avec le monde extérieur – ou trop de peur. « Ils en savent beaucoup plus sur le monde extérieur que la plupart des gens ne le pensent », a déclaré à la BBC Fiona Watson, directrice de recherche pour Survival International. « Ils sont experts en matière de vie dans la forêt et sont bien conscients de la présence d’étrangers ».

Où vivent-ils ?

Globe dans la main

Comme vous pouvez le voir sur cette carte, les tribus vivent dans certains des endroits les plus difficiles d’accès au monde, comme l’intérieur profond de l’Amazonie, le Congo et les montagnes de Nouvelle-Guinée. Deux groupes sont connus pour vivre sur des îles au large de l’Inde.

Pourquoi ne viennent-ils pas les visiter ?

Les raisons pour lesquelles un groupe de personnes peut vouloir rester isolé peuvent varier, mais dans de nombreux cas, il s’agit simplement de rester seul. D’autres peuvent s’être cachés il y a longtemps pour échapper à des atrocités. L’anthropologue Robert S. Walker, de l’université du Missouri, suggère également la peur comme motivation principale. Dans le monde moderne, leur isolement peut être présenté comme un défi aux forces de la mondialisation et du capitalisme, mais comme le dit Kim Hill, anthropologue à l’Arizona State University : « Il n’existe pas de groupe qui reste isolé parce qu’il pense que c’est cool de ne pas avoir de contact avec qui que ce soit d’autre sur la planète ».

Pourquoi ne leur rend-on pas visite ?

Techniquement parlant, la plupart de ces tribus ont été visitées d’une manière ou d’une autre. La tribu dite « la plus isolée du monde » (nous y reviendrons plus tard) a été contactée pour la première fois à la fin du XIXe siècle par le Raj britannique, mais elle est restée extrêmement isolée depuis. Le Brésil effectue des survols de nombreuses tribus, non seulement par curiosité anthropologique, mais aussi pour s’assurer qu’il n’y a pas d’exploitation forestière illégale et pour confirmer la survie après des catastrophes naturelles. Beaucoup de ces tribus brésiliennes possèdent des objets qui proviennent de loin et ont été obtenus par le biais d’échanges avec d’autres tribus.

Les tribus ont des droits à l’autodétermination et à la terre sur laquelle elles vivent. Comme l’arrivée d’étrangers changerait radicalement leur mode de vie, quel que soit leur désir, il est préférable que le monde extérieur reste à l’écart afin que ces peuples puissent déterminer leur propre avenir.

Historiquement, les tribus qui ont été contactées se sont mal débrouillées dans la période qui a suivi et la décision d’établir un contact pourrait peut-être entraîner plus de souffrances qu’elle n’en vaut la peine à court terme, car de nombreuses tribus sont frappées par la maladie juste après le premier contact.

Leur isolement les prive d’immunité contre de nombreuses maladies courantes, et les premiers contacts ont toujours provoqué des épidémies, même aujourd’hui.

Devrions-nous les contacter ?

Les arguments contre les visites devraient être assez clairs après avoir lu le paragraphe précédent. Cependant, il existe également quelques arguments en faveur de l’autre côté. Le plus notable est l’argument des anthropologues Walker et Hill qui, dans Science, affirment que « les populations isolées ne sont pas viables à long terme » et que « les contacts bien organisés sont aujourd’hui à la fois humains et éthiques ». Nous savons que peu après un contact pacifique avec le monde extérieur, les populations indigènes survivantes rebondissent rapidement après un effondrement démographique. »

Cet argument est rejeté par la plupart des partisans des droits des indigènes et manque quelque peu de preuves à l’appui. Un exemple de ce qui peut se passer sera abordé plus loin dans la section consacrée au Brésil.

Qui sont ces peuples ?

Nous présentons ci-dessous cinq tribus non contactées ou récemment contactées. Elles ont été sélectionnées pour leur diversité géographique et en fonction de la disponibilité des informations. La plupart de ces informations sont à prendre avec un grain de sel, car elles sont en partie basées sur des observations à distance.

Tribu en Afrique

Sentinelle

« La tribu la plus isolée du monde » vit sur les îles Andaman, au large de l’Inde. Contactée par le Raj au XIXe siècle, la tribu est restée isolée et hostile aux étrangers depuis lors. La dernière tentative officielle de contact remonte à 1996 ; aucune autre tentative n’a été tentée, non seulement pour protéger la tribu des maladies, mais aussi parce qu’elle a tendance à tirer des flèches sur quiconque s’approche trop près.

Ils restent une société de chasseurs-cueilleurs, sans agriculture connue. Ils ont des outils en métal mais ne peuvent les fabriquer qu’à partir du fer qu’ils récupèrent dans les épaves voisines. Ils ont été isolés pendant si longtemps que leur langue n’est pas mutuellement intelligible avec leurs voisins les plus proches et reste non classifiée, ce qui suggère des centaines, voire des milliers d’années d’isolement.

L’estimation commune de la population de Sentinelese est d’environ 250 personnes.

Jarawas

Autre tribu isolée en Inde, elle vit également sur les îles Andaman. Il s’agit d’une société autosuffisante de chasseurs-cueilleurs qui, selon plusieurs témoignages, est plutôt heureuse et saine.

Au début des années quatre-vingt-dix, le gouvernement local a présenté un plan visant à intégrer la tribu dans le monde moderne, mais il s’est retiré de ce projet récemment. En 1998, les membres de la tribu ont commencé à visiter le monde extérieur. Récemment, la communication entre les Jarawas et les étrangers s’est intensifiée en raison de l’augmentation de la population près de leurs villages.

Ce contact a provoqué deux épidémies de rougeole parmi la tribu, qui n’était pas immunisée contre cette maladie. La tribu est également de plus en plus soumise aux visites de touristes malavisés et à l’augmentation de la colonisation près de leur maison ancestrale. L’intérêt du gouvernement pour encourager la tribu à s’adapter à un mode de vie plus moderne varie.

La population est estimée à près de 400 personnes.

Vale do Javari

La vallée du Javari, au Brésil, est une zone de la taille de l’Autriche qui abrite une vingtaine de tribus indigènes. Sur les 3 000 personnes qui y vivent, on estime qu’environ 2 000 d’entre elles sont « non contactées ». Les informations sur ces tribus sont éphémères, mais tout porte à croire qu’elles pratiquent l’agriculture et la chasse. Ils possèdent des outils en métal ainsi que des pots en métal qu’ils ont acquis par échange.

Dans les années 1970 et 1980, le gouvernement brésilien a eu pour politique de contacter les tribus isolées afin de les aider. L’histoire de la tribu Matis de cette région est remarquable. À la suite des maladies auxquelles elle a été exposée, la tribu a vu trois de ses cinq villages disparaître et sa population a chuté de façon spectaculaire. Le gouvernement brésilien ne s’engage plus dans cette voie.

La menace pour cette population vient désormais des mineurs et des bûcherons.

La Nouvelle-Guinée

Les informations sur ces tribus isolées sont rares, car le gouvernement indonésien a fait du bon travail en maintenant les gens hors des hautes terres. Cependant, certaines tribus ont été contactées au cours du siècle dernier tout en restant assez isolées et en conservant leurs traditions.

C’est le cas du peuple Dani et de son histoire. Située au cœur de la Nouvelle-Guinée indonésienne, cette tribu a des contacts avec le monde extérieur mais conserve ses coutumes. Les Dani sont connus pour l’amputation de leurs doigts en souvenir des défunts et pour leur utilisation intensive de la peinture corporelle. Si les Dani sont en contact avec le reste du monde depuis 1938, ils peuvent nous donner un aperçu des personnes que nous n’avons pas encore rencontrées.

Le Congo

Les Mubti avec un des premiers explorateurs européens, Osa Johnson. (Domaine public).
La plupart des peuples vivant dans les forêts du Congo n’ont été que rarement contactés au cours du siècle dernier. Cependant, on suppose que de nombreuses tribus non contactées existent encore. Les Mbuti, un peuple « pygmée », sont un cas contacté mais isolé qui peut nous donner une idée de la façon dont les tribus non contactées peuvent vivre.

Les Mbuti sont des chasseurs-cueilleurs qui considèrent la forêt comme une figure parentale qui leur fournit tout ce dont ils ont besoin. Ils vivent dans de petits villages égalitaires. Ils sont largement autosuffisants, mais ils font du commerce avec des groupes extérieurs. Leur mode de vie est menacé par la déforestation, l’exploitation minière illégale et le génocide perpétré contre les pygmées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s