Quelles arbres poussent en Afrique ?

Cette semaine, les arbres sont à l’honneur sur notre blog, et plus particulièrement en Afrique. Pour marquer l’occasion, nous consacrons ce Top 10 à nos arbres préférés sur le continent africain, des baobabs emblématiques aux arbres à fièvre d’une étrange beauté.

ARBRE À FIÈVRE (VACHELLIA XANTHOPHLOEA)

Arbre au milieu du désert

Ce grand arbre est l’un de nos préférés ! C’est l’un des rares arbres dont la photosynthèse a lieu dans l’écorce, ce qui lui donne une étonnante coloration jaune et verte. L’arbre à fièvre tire son nom de sa tendance à pousser près des zones marécageuses – les premiers colons européens de la région ont remarqué que la fièvre paludéenne était souvent contractée dans les zones où poussaient ces arbres (bien sûr, nous savons maintenant qu’il s’agissait d’une erreur liée aux moustiques !) Ces beaux arbres sont très appréciés dans les jardins et leur feuillage plumeux constitue un habitat de choix pour les oiseaux, mais ils ne sont pas vénérés partout. En Australie, un cousin de l’arbre à fièvre (Acacia nilotica) coûte à l’industrie du pâturage plus de 3 millions de dollars par an !

BAOBAB (ADANSONIA)

Baobab devant un couché de soleil

Géants renversés à la durée de vie record, les baobabs sont les arbres les plus emblématiques et les plus étranges du continent (et peut-être de la planète). Ajoutez à cela leur masse imposante, leur écorce résistante au feu et leur extraordinaire résistance à la sécheresse, et vous obtenez un arbre vraiment épique. Le meilleur endroit pour les admirer est sans doute l’île de Madagascar (qui abrite six espèces indigènes), le long de la célèbre Avenue des Baobabs (photo), où ces géants de 30 mètres montent la garde le long d’une piste poussiéreuse.

SAUGAGE TREE (KIGELIA AFRICANA)

Fruits qui pendent d'un arbre

Il n’est pas difficile de comprendre d’où vient le nom d’arbre à saucisses. Pesant entre 5 et 10 kg, ses fruits en forme de saucisses peuvent constituer des projectiles dangereux pour les passants imprudents ou les voitures mal garées. Ce même fruit fait de l’arbre à saucisses un favori de la faune locale, des cochons de brousse et des babouins aux hippopotames et aux éléphants (les animaux rendent gentiment la pareille en dispersant les graines de l’arbre dans leurs excréments). L’homme a également trouvé des utilisations pour le fruit, qu’elles soient médicinales ou enivrantes (le fruit fermenté est un excellent complément aux brassins traditionnels africains).

ARBRE À CARQUOIS (ALOE DICHOTOMA)

Arbre sur une colline en Afrique

En raison de sa beauté particulière, l’arbre à carquois a été nommé l’une des plantes nationales de Namibie. Cet arbre épais est en fait un aloès géant déguisé, et son tronc et ses branches sont constitués de tissus mous et pulpeux plutôt que de bois. Son nom vient de la tradition du peuple indigène San de creuser les branches tubulaires pour fabriquer des carquois pour leurs flèches. Mais l’arbre aurait des utilisations encore plus ingénieuses : les troncs de carquois morts sont parfois évidés et utilisés comme réfrigérateurs « naturels ».

BOIS DE PLOMB (COMBRETUM IMBERBE)

Arbre mort dans un désert en Afrique

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une espèce forte et résistante. En fait, son bois est si dense qu’il s’enfonce dans l’eau. Cette densité rend également l’arbre incroyablement résistant aux termites, ce qui explique pourquoi les squelettes de bois de plomb (comme celui illustré) restent éparpillés dans le paysage africain longtemps après la mort des arbres d’origine. Vous pouvez également identifier cet arbre, l’un des plus grands d’Afrique, par son écorce rectangulaire distinctive.

MARULA TREE (SCLEROCARYA BIRREA)

Elephant qui s'agrippe a un arbre

Originaire d’Afrique australe (et de certaines parties de l’Afrique de l’Ouest et de Madagascar), le marula est connu pour ses fruits jaunes et sucrés, qui, selon la tradition locale, se transforment en « alcool d’éléphant » lorsqu’ils tombent sur le sol et fermentent. Bien que les scientifiques aient démenti le mythe de l’éléphant ivre en 2005, l’association avec l’alcool n’est pas vraiment surprenante puisque le fruit est utilisé pour produire l’Amarula, la deuxième liqueur à la crème la plus vendue au monde. Traditionnellement, l’arbre est utilisé pour tout, des remèdes contre le paludisme aux insecticides, sans oublier sa fonction de source de nourriture – encore plus pendant les mois d’été, lorsque les branches sont souvent décorées de vers de mopane aux couleurs vives, eux-mêmes une source importante de protéines pour des millions de personnes en Afrique australe.

WHISTLING THORN (VACHELLIA DREPANOLOBIUM)

Fruit avec des épines dans un arbre

Avez-vous déjà entendu un arbre siffler ? Avec l’aide de plusieurs espèces de fourmis qui percent des trous dans les épines du Vachellia drepanolobius, ces appendices hérissés sont transformés en sifflets naturels qui s’animent lorsque le vent souffle. Et les fourmis ne sont pas seulement utiles pour faire de la musique, elles ont une relation symbiotique avec l’arbre aux épines sifflantes. En échange d’un abri et d’un peu de nectar, les fourmis défendent l’épine sifflante contre les herbivores affamés comme les éléphants et les girafes.

ARBRE MOPANE (COLOPHOSPHERMUM MOPANE)

Vergé avec des petits arbres en Afrique

En voici un qui a de sérieuses racines africaines : vous ne trouverez le mopane ou « arbre à papillons » nulle part ailleurs sur la planète ! Pour combattre la chaleur dans son habitat chaud et sec, l’arbre a développé des feuilles en forme de papillon qui s’ouvrent et se ferment pour contrôler la perte d’humidité. Ces feuilles sont également à l’origine du nom de l’arbre : « mopane » est le mot shona pour papillon. Dur et lourd, le bois du mopane est résistant aux termites, mais tous les insectes n’ont pas abandonné cet arbre. Les vers du mopane (les larves de la mite empereur) éclosent sur le mopane après la saison des pluies et ces savoureux vers sont un aliment de base dans de nombreuses cultures africaines.

SYCAMORE FIG (FICUS SYCOMORUS)

Figue dans un arbre

En ce qui concerne les arbres, le figuier sycomore a un CV assez impressionnant. Ces personnages hautains sont mentionnés à plusieurs reprises dans la Bible, et leur bois, leurs fruits et même leurs rameaux ont été retrouvés dans d’anciennes tombes égyptiennes, où le figuier sycomore aurait été une sorte d’arbre de vie. Et c’est un titre plutôt approprié. Le figuier sycomore fournit de la nourriture à une plus grande variété d’animaux que tout autre arbre en Afrique. Ses fruits, de la taille d’une bille, constituent également un premier foyer vital pour une espèce de guêpe qui pond ses œufs à l’intérieur des figues, déclenchant ainsi le début du processus de pollinisation qui résulte de cette fascinante relation symbiotique.

DRAGONNIER (DRACAENA CINNABARI)

Arbre en forme de parasole

Avant de déclencher toute alarme géographique, nous allons admettre que, oui, le dragonnier n’appartient pas au royaume africain. Ces arbres à croissance lente se trouvent sur l’île de Socotra, dans l’océan Indien, qui fait officiellement partie du Yémen, mais comme quelques kilomètres seulement séparent l’île de la Corne de l’Afrique, nous la revendiquons quand même pour ce compte à rebours. De plus, qui peut résister à un arbre si étrange et si entouré de mythes… et qui doit son nom à sa résine (très prisée) qui ressemble à du sang. Malheureusement, l’espèce est aujourd’hui classée « vulnérable » par l’UICN et fait face à des menaces liées au développement humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s