Quelles villes sont les plus sales du monde ?

Lorsque les gens s’installent dans un nouveau pays ou même dans une nouvelle ville, ils cherchent généralement à améliorer leur qualité de vie. Et parmi les indicateurs habituellement utilisés pour mesurer la qualité de vie figure la qualité de l’environnement. Un air et une eau propres, des systèmes élaborés d’élimination des déchets (qu’il s’agisse du recyclage ou des dernières technologies d’incinération plus propre), ainsi que des systèmes modernes de purification de l’eau font partie de ce qui fait d’une ville un endroit où il fait bon vivre.

Mais qu’arrive-t-il aux habitants des villes très polluées ? Lorsque l’eau du robinet est souvent insalubre ? Quand l’air est souvent irrespirable ? Quand les décharges à ciel ouvert attirent des charognards désespérés qui recyclent les déchets des autres de la manière la plus éreintante qui soit ? Lorsque, dans certains quartiers, la seule eau disponible provient d’un canal pollué que les habitants doivent ramasser à l’aide de bouteilles en plastique sablonneuses ? Où, le plus souvent, les stations d’épuration des eaux usées n’existent tout simplement pas ?

Dans les villes de pays comme le Canada, ces services urbains sont considérés comme allant de soi. Mais autour de notre globe, il existe malheureusement un grand nombre de villes et de villages où les habitants vivent dans des zones dégradées sur le plan environnemental et tout simplement toxiques. Il est temps de jeter un coup d’œil sur les villes qui ne peuvent et/ou ne veulent pas offrir un environnement raisonnablement sain à leurs habitants. Vous serez peut-être surpris par certaines des villes du monde qui connaissent réellement de graves problèmes de pollution.

Il est temps de constater par vous-même..

Les villes qui vous dégoûtent secrètement !

Ce titre peut sembler scandaleux. Mais c’est pourtant vrai. Lorsque vous respirez des produits chimiques toxiques tous les jours dès l’enfance, votre risque de contracter diverses formes de cancer augmente considérablement. Lorsque l’eau que vous buvez est remplie de bactéries et souvent de produits chimiques toxiques, le risque de contracter des maladies graves est beaucoup plus élevé. Pour parler franchement, ces villes écourtent la vie de leurs propres citoyens.

Où sont ces villes apparemment sûres qui sont en fait beaucoup plus polluées que vous ne le pensez ? Il est temps d’arracher le masque et de voir !

Nagpur, Inde

Monument religieux à Nagpur en Inde
wikimedia

Nagpur est une dynamo économique, située littéralement au centre du sous-continent indien, et possède une économie florissante et diversifiée, allant de l’agriculture à l’éducation, de la haute technologie à l’aérospatiale, de l’industrie manufacturière à… l’extraction du charbon. Et oui, cela signifie une mauvaise qualité de l’air.

L’État du Maharashtra, dans lequel Nagpur est située, a créé la Maharashtra Industrial Development Corporation (MIDC), qui aide les entreprises à répondre à leurs besoins en matière d’infrastructures, notamment en ce qui concerne les terrains, l’approvisionnement en eau, les routes, le drainage et l’éclairage public. Mais c’est aussi une ville qui se soucie de sa réputation environnementale. Elle est fière d’être arrivée en tête de l’indice des meilleures villes de l’Inde en 2013 et la région métropolitaine dépense plusieurs centaines de millions d’euros pour un réseau ferroviaire urbain.

Mais une croissance aussi spectaculaire a un prix. Nagpur n’arrive qu’au 20e rang des villes les plus propres d’Inde et occupe une décevante 33e place dans l’indice de pollution atmosphérique par les particules. Et les étés peuvent donner lieu à des vagues de chaleur avec des pointes dépassant largement les 40 degrés. Donc, si vous voulez gravir les échelons de l’économie indienne, c’est une ville où il faut s’installer. Mais Nagpur elle-même a encore du chemin à faire pour mettre de l’ordre dans son travail et sa richesse croissante si elle veut vraiment être une ville saine où il fait bon vivre.

Dzershinsk, Russie

C’est un cas particulier, car l’air est loin d’être aussi pollué que dans les autres villes de notre liste. Le degré de pollution de cette ville, située à quelques centaines de kilomètres à l’est de Moscou, a fait l’objet de débats animés.

Mais la vérité indéniable est que la ville a été le principal producteur d’armes chimiques de l’Union soviétique entre les années 30 ou 40 et le début des années 90. C’était en fait une zone à accès restreint jusque dans les années 90. Selon certaines estimations, 300 000 tonnes de déchets chimiques ont été déversées dans et autour de la ville jusqu’à la fin des années 90. Et certains de ces déchets chimiques étaient des substances hautement toxiques comme le cyanure d’hydrogène, le phosgène et le plomb. L’eau potable serait contaminée par des dioxines et des phénols dont les niveaux sont des millions de fois supérieurs à la limite de sécurité. L’espérance de vie moyenne a été débattue, allant d’un niveau scandaleusement bas (42 ans) à un niveau nettement inférieur à celui de la plupart des pays développés (64 ans).

Alors, allez-y et visitez si vous voulez. Mais ce n’est peut-être pas le meilleur endroit sur terre où vivre si vous recherchez une vie longue et saine.

Dezhou, Chine

lac à coté de la ville de Dezhou en chine

Selon une étude basée sur les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recueillies entre 2008 et 2017, cette ville est la 39e ville la plus polluée au monde en termes de concentration de particules.

Cependant, ce qui est fascinant avec cette ville et la vallée dans laquelle elle est située, c’est que, depuis une quinzaine d’années, Dezhou est le centre de ce que l’on appelle la vallée solaire de la Chine. Des centaines de millions d’euros sont investis dans les industries solaires, qu’il s’agisse de fabricants de panneaux solaires ou d’un projet d’éclairage routier alimenté par l’énergie solaire. Elle comprend Himin Solar Energy Group, un énorme fabricant de chauffe-eau solaires, ainsi qu’un projet de plancher solaire de 60 000 mètres carrés qui pourra alimenter une ville de taille moyenne.

Très impressionnant, mais le fait que Dezhou ait Baoding – l’une des villes les plus polluées de Chine – à environ 300 km au nord et la ville de Jining – également très polluée – à moins de 200 km au sud signifie que la pollution atmosphérique sera un problème pendant un certain temps encore. Il y a donc à la fois des défis et des espoirs à Dezhou. Dans l’ensemble, il s’agit toujours d’une ville malsaine à vivre, malheureusement.

Jining, Chine

La voisine méridionale de Dezhou est une ville minière, ce qui vous indique tout de suite le type de qualité de l’air qui y règne. Elle est 36e sur la liste des villes les plus polluées en termes de concentration de particules, légèrement moins bonne que Dezhou, mais meilleure que Baoding. À l’automne 2017, elle a échoué, avec 7 autres villes chinoises, à respecter les normes gouvernementales de qualité de l’air.

Ce qui a tendance à se produire dans ces villes du nord de la Chine, c’est que lorsque l’automne et l’hiver arrivent, les gens allument leurs chauffages au charbon pour se réchauffer. Cela se traduit par une couverture de smog brumeux qui recouvre la ville comme une pièce enfumée s’infiltrant dans vos poumons. Non, ce n’est pas sain. Et c’est un triste rappel que les vacances d’hiver ne sont peut-être pas le meilleur moment pour rendre visite aux parents et/ou amis dans des villes comme Jining. Jusqu’à ce que de nouvelles technologies permettent aux habitants de Jining de rester au chaud en hiver.

Doha, Qatar

Vu du ciel des gratte de ciel de Doha au Qatar

Doha est une ville de classe mondiale à bien des égards, qui accueille des conférences internationales et des événements sportifs de toutes sortes, depuis les courses de bateaux en mer jusqu’aux équipes de basket-ball qui remportent des championnats et, bien sûr, la Coupe du monde de la FIFA en 2022.

Mais malgré une économie de plus en plus diversifiée, qui s’est développée dans des domaines tels que la finance, l’enseignement supérieur et le tourisme, deux facteurs clés doivent être pris en compte pour déterminer dans quelle mesure la ville aux tours étincelantes est réellement sale :

Le Qatar est toujours un grand centre pétrolier et gazier, et les niveaux de pollution atmosphérique qui en découlent le placent au 20e rang de l’indice de particules.
La ville de Doha est extrêmement chaude pendant une grande partie de l’année, les températures atteignant près de 50 degrés certains jours en juillet et en août.
Si l’on combine ces deux facteurs, les longs étés de Doha sont souvent infernaux, avec en plus le changement climatique à venir, ce qui soulève la question suivante : la ville deviendra-t-elle inhabitable dans une ou deux générations ? Ses structures d’acier et de verre seront-elles un jour rouillées, brisées et abandonnées au climat de plus en plus inhumain du désert ? Ou bien la race humaine trouvera-t-elle une solution ?

Ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour parier sur le fait d’élever une famille et de rester pour une génération ou deux. Sans parler de tous les événements spectaculaires.

Kampala, Ouganda

Nous sommes maintenant dans le club des 100+ en ce qui concerne les niveaux de particules (PM2.5). À titre de comparaison, Sarnia, en Ontario, qui possède un important complexe de raffinage pétrochimique, présente des niveaux de concentration de particules fines PM2.5 allant de 10 à 2 au cours d’un cycle de 24 heures. La moyenne est d’environ 5 au cours d’une journée. En clair, la qualité de l’air à Kampala est 20 fois pire que celle de Sarnia. (Il fait 104 à Kampala mais 5 à Sarnia).

Comme les autres villes de notre petite liste de villes sales, Kampala est une puissance économique, qui représente plus de la moitié du PIB de l’Ouganda. Comme Rome, elle est construite sur 7 collines, à plus de 1 100 mètres d’altitude en moyenne, avec un climat chaud à occasionnellement chaud avec des soirées douces. Et une qualité de l’air très sale, en partie due aux émissions des véhicules. La ville prévoit de remédier à ce problème en mettant en place un réseau de bus rapides pour remplacer les taxis de banlieue, ainsi qu’un système de transport ferroviaire urbain. Comme à Mexico et à Santiago du Chili, la situation vallonnée de Kampala signifie que le smog dû à la circulation peut être maudit. Et avec un temps humide et moite, c’est un fléau qui doit être levé par le passage à des transports publics plus propres. Cela demandera de l’argent et du temps.

En attendant, ce qui devrait être une belle ville au bord du lac Victoria restera un endroit toxique à respirer et à vivre.

Peshawar, Pakistan

Un camion sur la route du Pakistan à Peshawa
wikimedia

Située au nord-ouest du Pakistan, l’ancienne ville de Peshawar a été disputée par d’innombrables civilisations pendant des siècles avant de devenir la porte du Pakistan vers la passe de Khyber et l’Afghanistan. Son économie va bénéficier d’un énorme coup de pouce grâce à un accord récemment conclu avec la Chine, qui prévoit la création de quatre zones économiques pour le développement industriel ainsi que la création d’autoroutes menant à l’ouest de la Chine dans le cadre du projet de la route de la soie appelé « corridor économique Chine-Pakistan ».

Alors que la plupart des habitants de la ville sont des travailleurs informels à très faible revenu, les problèmes de circulation ainsi que d’autres émissions ont créé des niveaux dangereusement élevés de concentration de particules – un niveau de PM2.5 de 111 pour être précis. L’air est mortel dans la ville montagneuse de Peshawar. Il n’y a pas d’autre façon de le dire. Des projets de transports publics sont prévus, mais on se doute que le corridor économique Chine-Pakistan ne concernera que l’industrie et les transports. On craint que la qualité de l’air n’empire avant de s’améliorer à Peshawar.

Bamenda, Cameroun

Bamenda est une ville de montagne, située à plus de 300 km à l’intérieur des terres de la côte atlantique de cette nation d’Afrique de l’Ouest et nichée entre les collines à une altitude de 1 600 mètres. Son climat de savane de montagne est humide et doux, avec des températures maximales de l’ordre de 20 °C et minimales de l’ordre de 10 °C. Il s’agit d’un endroit merveilleux pour vivre. Ce devrait être un endroit merveilleux pour vivre avec des journées chaudes à fraîches et des vallées fertiles entourant la ville.

Mais malheureusement, l’air chargé de smog emprisonné dans les collines produit la qualité d’air la plus polluée d’Afrique, mesurée par l’indice PM2.5, qui atteint le chiffre écoeurant de 132. C’est un problème difficile à résoudre. Il suffit de demander aux habitants de Santiago du Chili, la capitale d’un pays qui a réussi à se hisser parmi les membres de l’OCDE, mais qui ne parvient pas à résoudre le problème du smog dans sa capitale, malgré un réseau de métro bien géré.

Le Cameroun ne dispose pas des fonds dont dispose une économie de niveau intermédiaire comme le Chili, mais il tente de trouver des solutions. L’université des sciences et des technologies de Bamenda s’est associée à l’université allemande d’Osnabruck ainsi qu’à l’université du Pays de Galles à Bangor. Pour le bien de ses habitants, espérons que les professeurs et les étudiants trouveront des moyens d’améliorer une qualité de l’air proche de la mort.

Delhi, Inde

Lac avec plein de déchet à Delhi en Inde

Dans la liste des villes les plus polluées par la concentration de particules, 10 des 11 premières villes se trouvent en Inde, et non en Chine, comme beaucoup pourraient le croire. Bamenda, à la 8e place, est la seule ville non indienne de la liste.

Si cette situation est vraiment troublante, elle est également révélatrice de la forte croissance qu’a connue l’Inde au cours des dernières décennies. Malheureusement, cette croissance n’a pas encore produit suffisamment d’innovations ou d’investissements pour commencer à contenir les émissions industrielles et celles liées au trafic, ou les toxines de l’eau, qui rongent la santé des Indiens dans tout leur immense pays. Oui, Londres jusqu’au milieu du 20e siècle avait des niveaux de smog horribles, tout comme Tokyo jusqu’au début des années 60. Et ces deux villes sont d’énormes centres de richesse et d’innovation. Mais elles ont fini par être contraintes d’assainir leurs pratiques lorsque les niveaux de pollution sont devenus insupportables.

À Delhi, les niveaux de PM2,5 atteignent 143, un niveau carrément dangereux, surtout pendant les mois d’hiver. Delhi – qui s’appelle en fait le territoire de la capitale nationale de Delhi et comprend New Delhi – est la deuxième zone urbaine la plus productive de l’Inde, après Mumbai. Comme Mumbai, son économie locale est énorme et en pleine croissance et comme Mumbai, la ville est remplie de voitures ainsi que d’un système de transport public qui a du mal à suivre la croissance rapide de la zone. Selon le ministère indien des sciences de la terre, plus de 40 % de la pollution atmosphérique de Delhi est due aux émissions des véhicules, qui transforment le ciel en une brume de smog qui occulte presque le soleil pendant les mois d’hiver.

Alors que l’économie indienne fait grimper les revenus de ses habitants, le nombre d’usagers des transports publics a diminué, tandis que le nombre de véhicules diesel a étonnamment augmenté. Alors que le métro de Delhi transporte des millions de passagers par an et qu’un système régional de transport en commun rapide (RRTS) est en cours de planification, les habitants de Delhi vont devoir prendre conscience des niveaux alarmants de pollution atmosphérique dans leur zone métropolitaine et trouver rapidement des solutions avant que leur santé ne souffre encore plus qu’elle ne l’a déjà fait.

Varanasi, Inde

Shiva doit regarder sa ville sacrée sur les rives du Gange et pleurer ! Ok, il est vrai que c’est un peu dramatique, mais la ville la plus sacrée de l’Inde et de l’hindouisme a un réel problème de pollution. Son niveau de PM2.5 est de 146, presque le pire au monde. Le Premier ministre Modi est en fait originaire de Varanasi et le leader indien extrêmement populaire est sans aucun doute très conscient des problèmes auxquels sa ville est confrontée.

Là encore, l’industrie et les émissions des véhicules sont largement responsables. Alors, comment combiner la croissance et la prospérité croissante avec des politiques qui assurent un air et une eau plus propres aux habitants de Varanasi ? Des niveaux élevés de mortalité infantile (70 pour 1000 naissances, selon les rapports) à la pollution atmosphérique en passant par la pollution de l’eau du Gange, les défis auxquels est confrontée cette ancienne ville sacrée sont énormes. Des niveaux dangereusement élevés de pollution atmosphérique particulaire. Les eaux usées, dont la plupart ne sont pas traitées, s’infiltrent dans le Gange. Des produits chimiques toxiques provenant des déchets industriels. Espérons que leur représentant au Parlement – qui se trouve être le Premier ministre indien – puisse rassembler le pouvoir et la volonté politiques nécessaires pour commencer à résoudre ces problèmes. L’avenir de l’Inde sera bien plus radieux s’il parvient à accomplir au moins une partie de ces tâches et à commencer à nettoyer l’un des pires problèmes de pollution au monde dans leur ville la plus sacrée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s